dimanche 22 février 2015

50 nuances de glace



J’ai même du aller au cinéma pour voir ce film, et surtout trouver un lien avec ce séjour cascades de glace en Norvège. Pour être franc, je n’ai rien trouvé. A part le côté légèrement sadomaso de l’activité glace. Le plaisir que l’on prend à se faire un peu mal partout, grimper des structures que le bon sens ou la logique nous déconseillerait…
Léger comme lien.
50 nuances de glace car c’est aussi le charme de l’activité. Le support est vivant et  la structure évolutive. En fonction des températures et des conditions de formation on peut trouver différentes glaces sur une longueur. Alors sur toute une cascade ou tout un séjour, on y arrive aux 50 nuances…

C’est toujours compliqué à organiser un « ice climbing trip ». Pour un roc trip, au pire le rocher est mouillé ou pas exactement de la qualité souhaitée ; mais ça reste du rocher. Pour un ski trip, au pire la neige n’est pas de la poudreuse de cinéma ; mais ça reste de la neige. Pour un ice trip, si il n’y a pas de glace… difficile de l’inventer. Et elle met un peu de temps à pousser (vers le bas) la glace.


D’ou la nécessité de planifier des destinations glace toujours en condition. Valeur sure la Norvège ? Demandons à Jeff Mercier et Julien Irilli qui se sont tapés un aller-retour Chamonix /Laerdal/Chamonix en 3 jours !

Première nuance de glace : Conscience et intentionnalité.


Le premier jour du voyage est consacré au repérage. Voiture, jumelles, appareils photos… Nous sillonnons les vallées autour de Laerdal à la recherche des lignes qui sont grimpables et nous motivent. Les monstres de glace de Gudvangen ne sont pas encore formés mais la Vallée de Rasdalen, juste au dessus du petit village de Mo à 20 minutes de notre Bungalow Base Camp de Laerdal, offre de belles lignes.




Deuxième nuance de glace : Cassante et fragile.


Kjorlifossen, située au bout de cette vallée de Mo sera une reprise parfaite. Les cotations proposées ne paraissent pas extrêmes (III – 400m – 5+). Je grimpe avec Seb Ratel, qui peut être considéré comme une sorte de Christian Grey. Nous jouons avec des glaçons. Attention pas comme dans le film hein ! Nos accessoires à nous sont des piolets, des crampons et des broches à glace ;)
La glace est très cassante et assez sèche mais le mur terminal est fantastique à grimper.
La ligne est superbe et nous avons le sourire. Quelle belle journée en montagne. Quelle chance d’être ici. Sur le retour nous repérons « Thorfossen » et « Fokus » . Deux king lines qui nous motivent pour la suite.





Troisième nuance de glace : Cinéma dans Thorfossen.




Vous savez cette glace légèrement sorbet, ou tu peux grimper vite et en sécurité. Tu as l’impression d’être Steph Husson ou même Guy Lacelle… C’est d’ailleurs lui qui ouvre cette magnifique ligne en 2002. Préférant contourner la longueur clef, pas formée, par une vire facile et logique. En 2005, Jasper force en M8, à renfort de spits pour atteindre la draperie. En 2006, le tube mythique touche et est grimpé entièrement en glace (6) donnant raison à Guy Lacelle. Il faut parfois savoir attendre.
Cette magnifique cascade ressemble presque à une grande voie en montagne. 2 parties verticales séparées par une pente de neige, plus facile mais assez dangereuse au niveau avalanches. Les cotations annoncées donnent bien envie : (IV-500m-6), mais c’est surtout la vue du mur terminal qui donne carrément envie. Je réussis à jeter par dessus bord le Toucan de Dim Munoz à la deuxième longueur… Bon on continue avec un seul Toucan et on assure le second avec une microtraction sur chaque brin… pas sûr que ce soit approuvé par l’ensa ;)
Cette année le tube n’est pas grimpable non plus et nous suivons l’itinéraire de Guy Lacelle. Le mur terminal est encore plus beau de près. Nous prenons un plaisir fou à remonter ces longueurs sculptées à souhait. La grimpe est plus impressionnante que vraiment difficile, mais nous sommes content d’arriver en haut. 500m de glace c’est long ! Les rappels nous déposent au pied de la cascade. Nous rallumons les frontales à l’endroit même ou nous les avions éteinte ce matin, et nous nous laissons glisser dans ce canyon de blocs recouverts de neige jusqu'à la route. Une journée parfaite en montagne.






Quatrième nuance de glace : trempés jusqu’au slip.


Il faut bien rendre à Dim ce qui lui appartient et c’est avec Lionel et lui que je fais cordée pour cette journée à Gudvangen. Les monstres de glace qui nous faisait envie (Fosslimonster et Into the wild) ne sont ni formés ni grimpables. Le thermomètre de la Skoda de loc affiche : +1°C. Nous nous dirigeons vers une petite ligne repérée lors de la première journée. Située précisément au dessus du hameau de Stalheimsoyni, juste après l’intersection pour Jordalsnuten quand on arrive de Gudvangen. Cette ligne dans les bois ressemble plus à un canyon avec des ressauts verticaux. Ca m’a valu les moqueries de nono le lapin crétin, qui n’est pas intéressé par la glace si c’est plus facile que du grade 6. Snob ;) Mais elle me motivait bien cette petite ligne. Je suis sur que c’est une ouverture. Pas de traces sur internet, ni auprès des grimpeurs locaux, pas de traces dans la cascade. Lionel et Dim me laissent grimper en tête et je me mouille jusqu’au slip. Ca pisse vachement et il faut grimper dans les éclaboussures sur le côté. Ce n’est jamais extrême mais super sympa à grimper. Nous passons une super journée à remonter ces 7 longueurs. Nous baptiserons la cascade « Pepofossen » et proposons les cotations suivantes : (II-350m – 5- M3). Un piton et une cordelette rouge marquent le début de la voie, en hommage au pépé !






Cinquième nuance de glace : La cascade en short.


C’était l’équipement le plus adapté pour ce dernier jour au canyon de Gol. Ce maudit thermomètre (fil rouge du voyage) annonce +5°C au parking. Nous jouons un peu sur des beaux piliers de glace. L’eau qui s’écoule à travers les broches à glace n’est surement pas un indicateur de solidité de l’édifice. Direction les voies de dry, protégés par des spits sur du bon rocher et qui sortent dans des draperies.  Nous repoussons les limites de grimpe sur plaquage de quelques cm, bien assurés…en moulinette ;) C’est notre dernier jour de grimpe en Norvège et c’est super sympa d’être toute l’équipe au même endroit.





Mais attends, ça fait seulement 5 nuances… on est bien loin des 50… Et c’est la qu’on trouve le lien avec le titre et le film. Une fois terminé, on en veut un peu plus. On attend la suite, car il en reste des nuances à grimper et des projets pour toute une vie de glaciériste…
A suivre.

Tonio






dimanche 4 janvier 2015

Il Sentiero dei Troll - II 3. 350m



« Le chemin des trolls ». En voilà un drôle de nom pour une cascade de glace.
Le Troll est souvent représenté sous l’archétype moderne d’un géant de grande force, naïf et malfaisant. Il a une prédilection pour les lieux de montagne et une inimitié envers l’homme.
De quoi terrifier la famille Bletton ! En effet, si nous devions doubler des personnages de Tolkien, ce n’est pas vraiment pour notre stature Elfique que nous serions choisis… C’est plutôt notre ressemblance a une famille de Hobits qui serait mis en avant, les poils sur les pieds en moins ;)


Nous voilà donc partis le 2 janvier avec Olivier Bletton, sorte de Bilbon Sacquet déguisé en glaciériste ( désolé pa’) !! Direction l’Italie, le Val de Cogne et plus précisément le Valnontey et sa rive gauche.


Il faut quasiment 1h d’approche depuis le village pour arriver au pied de la cascade. La ligne, bien que peu verticale est très attirante. Ca ressemble plus à une goulotte, avec des ressauts, jamais très longs, jamais très raides mais toujours sympa à grimper.






Le luxe : les relais sont équipés avec de beaux spits et chaînes, en rive gauche de la cascade.
Nous ne voyons aucune trace de trolls dans les parages mais nous prenons beaucoup de plaisir à grimper cette ligne. Il nous faudra 3h30 pour arriver au sommet de ces 9 longueurs et 1h30 pour descendre en rappel.




A défaut de croiser ces personnages mythologiques, nous croisons 4 autres cordées ! Ca vaut le coup de se lever un peu tôt pour être les premiers dans la goulotte. Même si les relais sont intelligemment placés (toujours protégés de l’axe d’écoulement), il n’est jamais agréable de se prendre des morceaux de glace sur la trogne.
Une grosse demi heure pour regagner le village, un vrai capuccino à l’italienne et nous rentrons retrouver notre maison de hobits. Nos sourires traduisent une fois de plus le plaisir d’une belle journée en montagne.
Si vous êtes à la recherche d’une jolie cascade de glace, pas trop difficile mais assez longue, allez donc faire un tour sur ce « chemin des trolls » et vous risquez, comme nous, de passer un bon moment.

Matériel :
-Corde : 2*60m
-Piolets et crampons pour la glace
-6 broches avec 6 dégaines
-Matériel de grande voie
-Casque

Topo :
« Cascades autour du Mont-Blanc ; Tomme II » François Damilano, Godefroy Perroux.

lundi 22 décembre 2014

Couloir Sud - Brèche du Carabinier 3792m



Où est la neige ? Quand va t’elle tomber ? Les météorologues sont plus sollicités que madame Irma. La majorité des stations n’ont pas ouvert leur domaine skiable, ou alors quelques pistes sur une neige aussi dure qu’artificielle. Les grandes compétitions internationales sont annulées. Pour les amoureux de ski, c’est la merde. Pour les professionnels de la montagne, du ski et du tourisme, c’est vraiment la merde. Mais quand la nature dicte ses lois, il faut savoir faire avec. Nous ne pouvons pas changer grand chose. En fait, nous le pouvons, mais avec un changement en profondeur qui demande du temps et de la motivation…
Il faut alors s’adapter, trouver des idées pour profiter de nos activités favorites.
A Chamonix, nous avons la chance d’avoir plein de super téléphériques qui nous emmènent en altitude en quelques minutes. Parfois décrié, ce Disneyland de la montagne offre aussi de belles alternatives. En altitude, il y a de la neige. Sur les glaciers, il y’en a pratiquement toute l’année. Ce n’est peut être pas la poudreuse de cinéma dont nous rêvons, mais avec ce grand ciel bleu une journée en haute montagne nous remettra le sourire aux lèvres.



Dans la famille Bletton, nous préférons célébrer les fêtes de Noël autour d’une activité de montagne, plutôt qu’une belle dinde aux marrons et un tour à la messe de minuit… Chacun son truc. Les aiguilles de granite ne sont telles pas les piliers d’une cathédrale minérale. Mon père Olivier, horrible païen, n’a pas rendu visite au grand capucin depuis plus de 25 ans. Mon petit frère Simon, n’a jamais effectué son pèlerinage au cœur du royaume du Mont-Blanc. Notre choix se porte sur la combe maudite, depuis le côté italien. Nous enfilons nos tenues gore tex de fidèles des cimes. Ski de randonnée, crampons et piolets comme accessoires de notre dévotion. Notre pérégrination n’a d’autres buts que de respirer l’air pur et s’élever spirituellement en se rapprochant des cieux…



En fait, nous voulons simplement passer un bon moment ensemble, en toute simplicité, en montagne J
Jean Annequin croisé la veille m’informe qu’il a été faire un tour dans ce petit couloir à droite du grand capucin : « La brèche du Carabinier ». Les conditions ne sont pas optimales, mais c’est peut être le mieux à faire en ce moment.

Plein soleil, nous débouchons au col des flambeaux dans un vent qui nous rappel que c’est le premier jour de l’hiver. Plein la vue, le cadre est magnifique. 



Nous nous laissons glisser jusqu’au pied de la face nord de la tour ronde. Direction le soleil et la face sud de ce petit couloir de 350m que nous remontons piolets/crampons. Le faible enneigement de ce début de saison (litote) nous fait stopper un peu avant la brèche. L’essentiel est ailleurs. 




Le couloir n’est pas désagréable à skier.




En évitant les parties croutées (qui semblent même plaquées !), nous nous régalons sur une neige compactée, juste revenue en surface. La pente à 40° offre de belles lignes de fuite et que dire du cadre ! Le grand capucin, le trident au dessus de la tête, la tour ronde en ligne de mire et la dent du géant en toile de fond… magique ! 



Mes nouveaux protos Blizzard me régalent. Les sourires de Sim et Oliv’ me font prendre conscience que ces moments en montagne sont encore plus beaux lorsqu’ils sont partagés avec des personnes qui comptent. Nous remettons les peaux pour rejoindre le col des flambeaux et la télécabine qui nous ramène à la civilisation. Nous célébrons cette belle journée avec un capuccino 4 étoiles à la Palud.
Des moments simples en famille, du bonheur… c’est aussi ça la magie de Noël.
Alors bonnes fêtes à tous.


Tonio.

dimanche 7 décembre 2014

Humanality, Tonsaï Wall, Thaïlande



« Life is like a box of chocolate, you never know what you are gonna get » Fuckin’ hell ! Forrest Gump was not kidding ! In fact, he was right, if you consider that in the box of chocolate you have some flavoured with itching pepper or strong chilli ! By accident you pick one of them, and then you don’t feel like tasting any other chocolate in your whole life… After thinking a bit you remember, there are as well delicious chocolates in that box. You have already experienced rich flavors, one is allowed to be « a bit » hard to digest every now and then ! Good bye Dimitri, see you not so soon my chilli… I will miss your stupid taste.


By chance, few days before experiencing this itching taste in my throat, I was enjoying a lot of sweet moments… Honey moon it is called, and it ‘s simply great !



Climbing a multi pitch in Thaïland is almost like an apology to this activity. The country, the ambiance is so dedicated to relaxation and wellness. Everything here sounds like an invitation to laziness. Temperature, humidity just make you want to dive into water to get a bit more fresh. Except sea temperature is like air temperature : 30 °C
Thaï food is simply delicious. Tasty rice, crazy vegetables in a coconut and curry cream, fresh shrimps and fishes… Delicious are the drink also. Fresh fruits that you can mix with ice or yoghurt and coconut milk. An other invitation do to nothing else than resting, eating and drinking… 


But a climber’s honeymoon requires also great climbing on the best quality rock. By chance, Tonsaï is also perfect for that. Limestone cliffs between 20 and 200 m surround this beautiful beach. The shape of the rock is completely amazing. Stalactites, tuffas, holes… every size, every shape. A pleasure for looking and also for climbing.





Humanality might be the multi pitch with coolest access on the planet. Barefoot, topless and wearing board shorts, just drop your fruit cocktail on the counter of « freedom bar », walk 5 seconds on the sand and climb the little bamboo ladder which access the beginning of the route. 


First pitch is quite easy : 5c. You climb behind a hudge stalactite, traverse the ledge on left and this is it.



Second Pitch starts with a beautiful stalactite. Exiting it might be a bit cruxy, but never more than 6b.



Third pitch is bit impressive on first look. Quite overhanging but with beautiful and big holds : 6a+. 



Fourth pitch, graded 6b is a beautiful wall. Only problem here, will be to select which tuffa you will climb on: The nice one on the right ? The big one on the left ? Why not go straight ? Anyway, you can climb everywhere… 



Fifth pitch is known to be the crux. It’s a beautiful and « long » 6b+. On the last part of the pitch, just think 3D to pass through this enormous stalactite. You might feel the impression to be on a completly futuristic ice fall, only difference is with the big and safe titatium bolts you are using




Then, you reach a little cave which protects you from the sun (until 1PM). Last pitch is a short but, one more time, really beautiful 6b.


You go back to the cave where the abseil line starts.


You need 3 abseils of 30m to reach the beach. Last abseil will lead you directly inside the « freedom bar ». This is not a joke, you can order a last coktail of fresh fruits or a cold beer, still hanging on the rope. 


You just need to take of your harness and climbing shoes, grab your drink and enjoy it on the beach, looking at this beautiful route you just climbed… What else ?

Of course You won’t go to Thaïland just for multi pitch climbing. The thousands of sport routes around really worth the trip. It is also the perfect place to try « deep water soloing ». Every of these magical moments in a honeymoon atmosphere made it like a dream trip. 







Thank you one more time, friends and family for this beautiful wedding present, and Ena, thank you for accepting my proposal